• Altocumulus : Nuage. Il annonce un risque de pluie. Observéà une altitude de 3 à 6 km, il est composé d’eau et de glace, et forme des couches de lamelles comme "empilées" ou des flocons réguliers alignés ou groupés.

    Déf : Nuage dont l’altitude moyenne est 3 000 m, blanc ou gris, formant des bancs ou des nappes d’aspect pommelé.


  • Anémomètre:
    Le vent est un déplacement de l’air entre les zones de haute pression et les zones de basse pression. Il se déplace partant des zones de haute pression vers les zones de basse pression. L'anémomètre est un appareil rotatif permettant de calculer cette force. La vitesse du vent données en kilomètre par heure se calcule par la vitesse de rotation de l'anémomètre pris dans le vent.

  • Cirrocumulus : Nuage. Couche de petits nuages blancs ("moutons") constitués d’aiguilles de glace.


  • Cirrus : Nuage. Signe de beau temps, il est élevé (de 7 à 12 km) : l’humidité s’y transforme en cristaux de glace qui lui donnent cet aspect filamenteux et rougeoyant lors des couchers de soleil.


  • Cirrostratus : Nuage. Il peut annoncer une perturbation, c'est un voile blanchâtre qui vogue à une altitude aussi élevée que les précédents. Parfois il forme un halo autour du soleil.


  • Cumulo-nimbus : Nuage. Il nous invite à emporter le parapluie, car il peut annoncer des orages violents et des averses de grêle. Navigant à son gré dans l’atmosphère (de 150 m à 10000 m !) sa masse épaisse transporte de l’eau ou de la glace.

    Déf : Nuage à grand développement vertical dont le sommet s’étale en forme d’enclume. Le cumulo-nimbus est signe d’orage.

  • Cumulus : Nuage. (altitude : 2000 m en général) Il nous promet souvent des averses mais ne menace pas l’impression de beau temps. Il a une forme caractéristique : ses contours sont nets, une base plate et un sommet bourgeonnant.

    Déf : Nuage dense, à contours nets, plus ou moins développé verticalement et présentant des protubérances qui le font ressembler à un chou-fleur.

  • Cumulus lenticulaire : Nuage qui a la forme d’une lentille. Verre lenticulaire. Zone lenticulaire. Parfois, certains de ces nuages ont été confondus avec des ovnis de part leur forme arrondie.


  • Humidex : L'humidex est un indice d'inconfort dû à la température et à l'humidité élevées. Cet indice est une innovation canadienne utilisée pour la première fois en 1965. Ce sont les météorologues canadiens qui l'ont inventé pour indiquer de quelle manière le temps chaud et humide est perçu par la moyenne des gens. En effet, quand le temps est chaud mais sec, notre corps transpire et l'excédent d'eau peut être absorbé par l'air. Par contre, lorsque l'air est humide, la transpiration ne peut pas s'évaporer aussi facilement : nous avons donc l'impression d'avoir chaud et d'être 'collant'.
    L'indice humidex est largement utilisé au Canada. Toutefois, les chiffres relevés sont rarement très hauts, sauf dans les régions du sud du Québec, de l'Ontario et du Manitoba. En général, l'indice humidex diminue à mesure que s'élève la latitude. De toutes les villes canadiennes, Windsor, en Ontario, est celle qui a enregistré l'humidex le plus élevé, soit 52,1, le 20 juin 1953. Les masses d'air chaud et humide qui rendent l'atmosphère si inconfortable arrivent habituellement du golfe du Mexique ou des Antilles.


    Valeur de l'humidex: Degré de confort

    En-dessous de 29 : Peu de gens sont incommodés.
    De 30 à 34 : Sensation de malaise plus ou moins grande.
    De 35 à 39 : Sensation de malaise assez grande. Prudence. Ralentir certaines activités en plein air.
    De 40 à 45 : Sensation de malaise généralisée. Danger. Eviter les efforts.
    De 46 à 53 : Danger extrême. Arrêt de travail dans de nombreux domaines.
    Au-dessus de 54 : Coup de chaleur imminent (danger de mort).
    On peut considérer comme extrêmement élevée une valeur d'humidex supérieure à 40. Dans ce cas, il y aurait lieu de réduire toutes les activités non essentielles. Si la valeur oscille entre 35 et 39, il conviendrait alors de ralentir ou de modérer certaines activités de plein air, compte tenu de l'âge et de l'état de santé des individus, de leur forme physique, du type de vêtements qu'ils portent et d'autres conditions climatiques.
    S'il est absolument nécessaire de travailler à l'extérieur, il faut alors boire beaucoup et se reposer fréquemment. Lorsque le temps est chaud et humide, les risques de coup de chaleur et d'insolation sont très grands.
    Source: Infoclimat

  • Hygromètre :
    Instrument classique qui marche sous l'action de l'air ( comme pour le baromètre ) ; plus l'air exerce une force, plus le pourcentage d'humidité relative se dirigera vers les 100 %.

  • Nuage : Les gouttelettes d’eau et les cristaux de glace constitutifs des nuages sont animés d’un très faible mouvement de chute (quelques dixièmes de mm par seconde), de sorte que le moindre mouvement ascendant de l’air suffit à les maintenir en altitude. Suivant leur forme et par altitude décroissante, on distingue: cirrus (filaments), cirrostratus (voiles transparents), cirrocumulus (nappes blanches), altocumulus (balles), altostratus (aspect grisâtre ou bleuâtre), nimbostratus (nuages de pluie, très épais), strato-cumulus (balles ou rouleaux), stratus (couche nuageuse à basse altitude), cumulus (nuages séparés aux contours nets) et cumulonimbus (nuages d’orage caractérisés par un fort développement vertical). Les nuages sont généralement associés en de vastes ensembles appelés systèmes nuageux.

  • Pluviomètre :
    Le pluviomètre est destiné à mesuré la hauteur d'eau de pluie (précision 0.1 mm). Si la précipitation est solide (neige, glace, grésil) alors celle ci est fondue pour donner une hauteur d'eau. Depuis peu (juillet 1996), la rosée est considérée comme une précipitation.

  • Strato-cumulus : Nuage. Il nous rapproche du plancher des vaches : on l’observe de 500 m à 2 km d’altitude. Composé d’eau, il s’étire en nappe ou en couche de nuages souvent sombres. Il peut se trouver en dehors des zones de perturbations et n’apporte pas forcement de pluie.

    Déf : Blanc, nappe ou couche de nuages gris à ombres propres, situés en général à une altitude comprise entre 1 000 et 2 000 m et présentant la forme de balles, de galets ou de rouleaux.

  • Stratus : Nuage. Voilà celui qui devait donner aux gaulois l’impression que le ciel leur était tombe sur la tête : il vogue à basse altitude et touche même parfois le sol, ou on le nomme alors " brouillard ". Pris dans une perturbation, il déverse de la bruine ou de la neige.

    Déf : Nuage bas en couche grise assez uniforme pouvant donner de la brume ou de la neige fine. Des stratus.

| Accueil météo | Introduction | Notre équipement | Les définitions | Les signes météo |
| L'historique des données météos | Nos prévisions | A propos |

| Actualités | Activités | Historique | Plan de la ville | Météo | Le canton | Les transports |
| Les villes jumelées | Liens divers | Contactez - nous |
Accueil www.AVRfrance.com


Mise à jour: lundi, 7 janvier, 2008 13:22